Mais qu’est-ce qu’elle est partie faire au Japon ?

On peut se poser la question, hein !

Cela fait presque quinze ans que je prévois de partir en Chine, après quelques études universitaires de Chinois en cours du soir et un peu d’arts martiaux chinois intensifs – plus une fréquentation parfois assidue du Yi Jing depuis mes 10 ans grâce à l’excellentissime Manuel des Castors Juniors  :mrgreen:  (depuis quelques temps, j’ai attaqué une autre version du Yi Jing hein :lol: !).

Alors comme je prévois un voyage en Chine depuis 15 ans, naturellement je pars au Japon – pour fêter mon « gros » anniversaire de 2013 !

En fait, la vraie vérité, c’est qu’il y a quand même beaucoup de facettes de la culture japonaise qui m’enchantent aussi depuis déjà une vingtaine d’année.

Bien sur, il y a les copains et copines japonais – à Paris et au Japon. Et les copains pas japonais au Japon aussi.

Le Japon de notre enfance

Vous rappelez-vous Candy, San Ku Kai, Goldorak ? Ils venaient du Japon. Vous êtes plutôt Dragon Ball ? Hello Kitty 70s ou Hello Kitty 2000 ? Génération Pokemon ? Le Japon encore ! Et bien entendu, pour les lecteurs assidus de mangas, c’est une évidence.

Nous voilà donc avec au moins trois générations qui avons baigné dans la culture pop du Japon.

Ca méritait bien d’aller voir sur place comment c’est !

 

Tabi - ou plus exactement ソック - sock - chaussette japonaise

 

Et tant de choses qui m’émerveillent…

La nécessité quasi-vitale que les Japonais ont de s’entourer et se parer de Beau…la douceur de la langue, tout en swing, quand elle est parlée par les femmes…des films…d’autres films…des Ghibli…les tissus-splendeurs des vêtements tradtionnels…l’inspiration de la nature et l’amour des matériaux naturels…Hello Kitty (oui chacun a droit à ses contradictions  8-) )…les gadgets trooooop pratiques…les contradictions et contrastes assumés du Japon…les tabi (ces « chaussettes-deux-doigts » comme on dirait à La Réunion – où j’ai bien l’intention de lancer la mode du tabi pour pouvoir porter  des « savates-deux-doigts »/tongs en hiver sans avoir froid aux pieds :mrgreen: )…la dignité des Japonais…le rapport à l’Autre dans toute sa complexité…l’efficacité et l’organisation…la vie près de la terre, sur les tatamis...la présence du « rythme » dans les activités quotidiennes…le respect quasi-sacralisant de l’art et aussi des artistes…le rapport au corps, tellement différent du nôtre, dans nos latitudes judéo-chrétiennes…la possibilité de faire un art d’une activité  qui pourrait être anodine…l’approche tout en profondeur et intériorité des arts du spectacle…sans oublier les sushis et les makis, miam…puis un jour, la rencontre avec un conte - un conte qui parle d’art, de magie et de courage. Un conte qui a définitivement éveillé une envie de conter, qui me chatouillait, parfois me tourmentait un peu depuis quelques années.

 

Voyage en scène

Cela fait quelques années que je développe les animations et spectacles « Pepita Pop » par envie de partager de la joie, de l’émerveillement et des couleurs avec les enfants. Pour apprendre aussi à être moins sérieuse et rire un peu plus !  Les ballons arc-en-ciel, la magie-surprise, la douceur et la zenitude du pinceau-maquillage.

Arrive l’heure pour partager autre chose. Sans doute plus intime. Des petits voyages intérieurs.

Un corps qui conte, un conte porté à travers les couleurs d’un personnage, d’une voix, d’un paysage intérieur. Mais avant toute parole, un corps, avec son intensité. Son âme qui l’habite et qui a soif parfois.

L’amour pour la découverte de l’autre, de l’ailleurs, ce chemin fait de surprises, de moi à toi. Le total ennivrement de découvrir une langue, une écriture. Des sons, gestes et intonations qui parlent une autre langue. Absorber cet ailleurs par tous les pores.

Aujourd’hui c’est tout cela que j’aimerais partager dans des spectacles.

Avant d’être conteuse, je reste comédienne.

Avant d’être comédienne, je reste linguiste.

Avant d’être linguiste, je reste danseuse…et c’est là, je pense, que je trouverai le coeur de ce que je veux porter à la scène, dans des spectacles-voyages où le rire aura toujours sa place, mais où l’espace agrandi donnera envie de respirer plus loin, de vivre plus fort.

 

Dans le tintamarre d’un temple japonais,

Parmi les tintements continus des pièces qui tombent dans le coffre d’offrandes,

L’absence d’émotion que cela me procurait, même pas un vide, simplement l’absence d’émotion,

Suivie de la fine et légère amertume d’une petite déception que l’on sait temporaire,

Comme quand votre âme a soif et que le brouhaha ambiant vous dit qu’elle ne peut rompre son jeûne à ce moment là,

J’ai compris que, ce que je venais trouver au Japon, ne s’y trouvait pas.

Comme l’Alchimiste, nous avons parfois besoin d’un voyage avant de rentrer, sachant enfin où est le trésor.

Mon temple, le lieu où le recueillement et la communion naissent,

C’est mon corps.

Et là où le recueillement et la communion sont au plus fort,

Là où je me sens à la fois disparaître et être,

C’est dans un espace presque vide,

Où l’invisible pèse plus que la matière,

La scène.

 

Un spectacle conté, aussi dansé, avec peut-etre des projections de photos, une rencontre avec le Japon…voilà ce sur quoi je travaille en ce moment.

C’est un gros challenge, et je tremble de me présenter dénuée de mes artifices joyeux du ballon et  de la magie pour présenter ma voix nue dans un conte, même un peu dansé…

C’est ambitieux, peut-etre vaniteux, mais il vient un temps où il faut prendre le risque de s’exprimer vraiment. Au cas où ça vous apporterait, en plus de la joie, de la paix, qui sait  :lol: ?

 

Et alors, tout cela, est-ce vrai, bien vrai ? Le Japon, c’est merveilleux comme ça ?

Ma foi, un séjour aussi court peut-il renseigner en profondeur sur un peuple, un pays, une culture ? Sûrement pas. Mais déjà, j’ai humé quelques parfums du Japon, et je vais essayer de partager cela dans le blog…et le spectacle !

Sakai Hoitsu - 12 mois

***

Visitez aussi mon site et découvrez mes Anniversaires enfants thème Nina et Panda